Photographier avec une contrainte-1- 60 mm macro

17052017-P1120337.jpg
Panasonic GX8 + 60 mm macro Olympus

J’entame avec cet article une série qui traitera de la contrainte photographique.

Je voudrais tout d’abord définir la notion de contrainte telle que je l’interprète.

Une contrainte est quelque chose que l’on s’impose ou qu’on nous impose.

Elle est de différentes natures.

Tout d’abord, nous avons les contraintes à la prise de vue.

  • La contrainte matérielle :
    • n’utiliser qu’une focale (ou bien bloquer son zoom à une focale)
    • faire ses photos avec un appareil jetable
    • visser un filtrer sur son objectif et ne pas l’enlever (polarisant, ND…)
    • Partir avec une carte mémoire de 1GO
  • La contrainte technique
    • Garder toujours la même ouverture
    • Photographier avec la même vitesse
    • Photographier sans écran LCD
    • Photographier avec l’écran en noir et blanc
  • La contrainte créative
    • Ne photographier que ce qui est rouge, bleu, jaune….
    • Photographier au ras des pâquerettes
    • Ne faire que des portraits
    • Ne faire que des portraits de personnes âgées
    • Photographier les matières
    • Photographier les lignes, les formes
    • Photographier à partir d’une liste de mots
    • Choisir un objet et faire 10 photos différentes

Ce ne sont évidemment que quelques exemples, vous comprenez que les contraintes sont infinies (youpi !).

On peut ajouter ensuite des contraintes de développement comme ne faire que de la couleur, que du NB, ne toucher qu’à deux curseurs…

Dans un premier temps, les contraintes m’ont permis de faire des progrès techniquement car quand vous devez faire une photo avec « un brouillard-coloré », et ben, il faut trouver comment il faut s’y prendre et heureusement, les copains sont là pour vous expliquer !

Dans ALJPHOTO, les contraintes sont multiples et pourtant, on peut constater que les productions sont de qualité. Alors, bien entendu, parfois on fait des clichés un peu « bizarres » pour coller au défi, des trucs que jamais on n’aurait fait sans cette contrainte, mais justement, en sortant de notre zone de confort, on produit parfois des images très sympas. Voici par exemple la liste des défis de mai. Bien entendu Anne-Laure nous donne des explications et nous montre même des exemples !

#MaiA – Tableau végétal. Cadrage “rentre-dedans”, plutôt net, montrant l’association d’au moins 2 floraisons différentes

#MaiB – Macro (ou gros-plan) de fleur montrant un flou de premier-plan formant comme un “brouillard” coloré.

#MaiC – Une photo « anti-bucolique” jouant sur le contraste entre les floraisons printanières et un élément terre à terre

#MaiD – Vue de détail d’une “grosse fleur”, abstraite, graphique, avec le moins d’arrière-plan possible ou sur fond blanc en contre-jour

#MaiE – Photo associant une plante / un massif / un arbre en fleur / un tapis fleuri à un autre élément coloré, non végétal,

#MaiF – Prise de vue près du sol, en faible profondeur de champ d’un “tapis fleuri” : jacinthes, pissenlits, violettes, fleurs des bois etc.

#MaiG – Une photo associant floraisons et « art de vivre” ou « bien être », digne d’un magazine de déco ou autre.

#MaiH – Floraison floue habillant un plan large pas uniquement végétal

#MaiI – Floraison, en noir et blanc très contrasté.

#MaiJ – Macro (ou gros-plan), en faible profondeur de champ, montrant 2 fleurs de couleurs différentes avec chacune une zone nette

Bonus 1 – Photo montrant, en plus, une zone nette occupant moins de 1/10 ème de la photo

Bonus 2 – Photo montrant une cohérence de couleur entre un élément végétal et un élément non-végétal présent dans la photo.

Bonus 3 – Photo montrant, en plus, une composition oblique voire diagonale

A priori, vous pouvez vous dire que par définition, toute contrainte vous bride et donc, vous allez être moins « créatif ». En tout cas, c’est ce que je pensais. Mais en fait, pour moi, cela a fonctionné.

Mes différentes lectures m’ont convaincue que c’est de la contrainte que naît la créativité.

C’est de la contrainte que naît la créativité.

Ne vous est-il jamais arrivé de sortir pour prendre des photos et de revenir « bredouille » ? Moi, oui, je ne savais pas quoi prendre en photo, et c’est vraiment une situation très frustrante !

J’ai donc également décidé de m’imposer des contraintes pour mes travaux en dehors du groupe ALJ et je partage avec vous cette première expérience.

Je suis donc partie avec trois contraintes :

  • Une contrainte matérielle : le 60 mm macro (équivalent 120 mm)
  • Une contrainte créative : les animaux du zoo
  • Une contrainte de post traitement : ne pas faire de NB

Il faut savoir que ma focale de prédilection est le 20mm (équivalent 40 mm) et que mes photos sont souvent en NB. C’était donc un gros défi pour moi. Pour tout vous dire, je n’avais pas pris mon zoom et j’avais décidé d’aller au zoo. Pour photographier les animaux, il vaut mieux une longue focale et du coup, ma seule option était le 60 mm que je n’utilise qu’en macro!

Alors bien sûr, pour passer de 20 mm à  60 mm, au début, il faut une temps d’adaptation. J’ai été tentée de reprendre mon 20 mm , mais heureusement je l’avais laissé dans la voiture…

Mon 60 mm  est un objectif avec beaucoup de piqué, mais cela ne posait pas de soucis au contraire sauf pour les portraits de mon adolescent en pleine puberté….

17052017-P1120229.jpg
Bon, j’ai tout de même utilisé l’outil de correction pour enlever un peu de boutons et le NB s’imposait vraiment sur cette peau d’ado!

Alors dans l’ensemble, je trouve que cette expérience a été formatrice. Je m’étais dit que j’allais rater plein de photos avec cette focale assez « étroite » et au final, j’ai su m’adapter assez bien. La seule photo que j’ai vraiment manquée, c’est le moment où le marsupial a sauté sur le dos de mon fiston. Trop près, je n’ai pas été assez rapide pour prendre le recul nécessaire pour saisir la scène.

17052017-P1120174.jpg
Je n’avais pas assez de recul pour cette photo.

J’ai fait davantage de « gros plans » avec cet objectif et j’avoue que je ne suis pas mécontente de la photo de la tête de la girafe. Par ailleurs, cela ne m’a pas empêché de faire des photos du sujet dans son contexte avec cette girafe que j’ai dû prendre de plus loin, c’est sûr, mais j’ai réussi « en dézoomant avec mes pieds », lol.

Les contraintes sont donc à mon sens le meilleur moyen de progresser techniquement dans un premier temps et ensuite d’être créatif !

Cliquez sur les photos pour les agrandir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :