Je vous ai déjà dit que j’aimais les mariages ?

S’il y a un exercice que j’adore c’est bien le mariage

Fin octobre, j’étais de mariage dans ma famille et j’ai eu le plaisir de couvrir la journée en tant que photographe. J’en ai discuté avec des amis photographes et certains m’ont confié que c’était vraiment un exercice qu’ils évitaient… Je me suis alors poser la question du pourquoi… Pourquoi cela me plaît-il autant ?

En effet, lorsque j’étais à mon compte, je me suis spécialisée dans ce domaine mais je ne me suis jamais demandé pourquoi j’en suis arrivé là. C’était naturel pour moi, je faisais ce qui me faisais vibrer.

Pourtant c’est loin d’être une pratique facile… Alors suis-je masochiste ? Quels sont selon moi les pré-requis indispensables pour cet exercice…

Bien connaître ses mariés et partager des valeurs

Tout d’abord, il faut bien connaître ses mariés. Désormais c’est assez facile car je ne photographie que des gens que je connais, mais quand j’avais des clients, je prenais beaucoup de temps en amont pour les connaître vraiment : comment se sont-ils rencontrés, quelles sont leurs centres d’intérêts, leurs valeurs, qu’est ce qui les touche…

Avec le recul, je pense que c’est parce que j’ai besoin d’être en accord avec eux… En effet, j’ai déjà « perdu » des clients à la suite de cet entretien… Leurs valeurs étaient trop éloignées des miennes et je pense qu’il n’est pas possible dans ce cas de vivre ensemble une journée si importante si on ne partage pas une même vision des choses. Alors bien entendu, je parle bien de valeurs, pas de convictions religieuses, politiques… Je parle par exemple de sincérité, de simplicité, de confiance, d’engagement…

20072016-20072016-P1050565
Mariage en Angleterre- juillet 2016

Etre un caméléon

Je dis souvent que j’ai une place privilégiée quand je suis photographe : je vis le mariage aussi intensément que les héros du jour, je partage tout avec eux… C’est cela qui peut sembler difficile je pense… Mais c’est aussi ce qui me plaît ! Il faut être là, mais se faire oublier, se fondre dans le décor ! A ce propos, je crois que je me souviendrai toute ma vie de cette scène fabuleuse qui s’est passé au cours de mon premier mariage en tant que photographe professionnel… C’était une cérémonie religieuse (Témoins de Jéhovah). Je m’étais renseignée bien entendu sur le déroulement de la cérémonie afin de ne pas commettre d’impair. Comme à mon habitude, je me déplaçais afin d’avoir les meilleurs points de vue en fonction de la scène et je me suis assise à côté d’une dame très élégante avec un chapeau magnifique… Voyant que je n’avais pas de Bible, elle a m’a tendu la sienne afin que je puisse suivre avec elle… C’était vraiment un moment très fort qui m’a marqué car j’avais réussi à ne pas être vue malgré mon matériel ! S’apercevant de son erreur, la dame m’a regardée, amusée et nous avons eu un joli moment de complicité. J’estime avoir réussi ma mission quand le célébrant religieux me dit que j’aurais pu prendre plus de photos et quand, au vin d’honneur les invités me demandent de quel côté des mariés je suis.

20072016-20072016-P1030045

Savoir anticiper

Lors de mes entretiens, j’établis toujours trois documents avec les mariés.

Le déroulement de la journée du lever au bal avec les heures précises de début et de fin ainsi que les lieux (avec des solutions de repli en cas de mauvais temps).

La liste des invités avec leur lien avec les mariés : cela me permet de ne pas rater cette dame toute timide qui a pourtant une place très importante dans le cœur des mariés. Je demande aussi quelles sont les choses à savoir afin de ne pas faire de gaffe 😉

Encore une petite anecdote pour vous démontrer l’importance de la préparation ? Je reçois un couple pour un mariage, on convient de notre collaboration. Le matin, on fait les photos puis on se donne rendez-vous à la mairie. J’arrive, juste à l’heure car j’ai eu un accrochage en voiture ! Je cours et j’arrive sur le perron de la mairie. Il y a bien un mariage mais les mariés ne sont pas arrivés encore… Je suis paniquée car je me dis que ce ne doit pas être mon mariage vu que tout le monde est blanc (mes mariés étaient noirs)… Les mariés arrivent… C’était bien le bon mariage ! Ils avaient juste oublié de me dire qu’ils avaient été adoptés tous les deux ! Ça s’invente pas…

La liste des photos de groupe:  il très important de l’établir avant pour éviter d’oublier des gens!

19072016-19072016-P1050158

Savoir improviser, rassurer et garder le sourire

Je dis souvent aux mariés (enfin surtout à LA mariée) que rien ne se passera exactement comme ils l’avaient prévu, mais ce n’est pas grave ! Comme nous avons fait un planning, nous savons quels sont les objectifs et de toute façon on les atteindra. Toutefois, il faut savoir réagir vite et ne pas s’énerver. J’ai souvent eu le rôle de médiateur dans des situations parfois compliquées et j’ai parfois bien ri après coup… Allez, je vous raconte une autre anecdote (j’en ai plein !).

Je photographiais la préparation du marié et je me suis aperçu que le costume était trop petit… Je n’ai rien dit mais le marié s’en est vite rendu compte et il me demande mon avis. Bien sûr, quel était l’intérêt de le contrarier, c’était bien trop tard ! Je l’ai donc rassuré. Il sort pour la photo du « premier regard », le fameux « first look », et une fois la première émotion passée, la mariée se rend compte évidemment du problème… J’essaie de les rassurer, de plaisanter et ils se détendent… Tant pis, ce sera comme cela… Mais… La maman du marié arrive, elle avec un bel accent Picard dit : « Ben, t’as mis le complet à ton père ! ». Ils avaient choisi les mêmes costumes mais le père faisait 10 cm de moins ! Je vous jure qu’on en rit encore !

Collecter les émotions

C’est vraiment ça en fait que j’aime dans les mariages… Je suis le témoin de tous petits moments fugaces qui passent souvent inaperçus. Cette larme que le papa tente de retenir, la fierté de la maman, la joie de la grand-mère, la tendresse des témoins, le rire des enfants, l’amour des mariés, la surprise … Je collecte, pour que tout le monde puisse les voir… Je suis partout, je guette, je traque, je veille… Je suis la mémoire de cette belle journée qui passe bien trop vite pour les mariés…

C’est un rôle important, une lourde responsabilité.

Mariage de Maud et Thomas- Octobre 2017- Cliquez pour agrandir

J’aimerais photographier un mariage participatif

C’est vraiment le genre de mariage que j’aimerais couvrir. Pourquoi ? Parce que cela correspond à mes valeurs : partage, simplicité, confiance, sincérité, engagement… Vous pourrez trouver un article sur le sujet ici.

En 2012, je me suis mariée sur ce principe (ou presque parce que j’ai tout de même été obligée de faire appel à quelques prestataires). Alors c’est quoi pour moi un mariage participatif ? C’est un mariage où tous les invités mettent la main à la pâte en fonction de ses compétences. En mariage simple, mais festif où la priorité est le partage.

Tous deux divorcés, nous avions envie d’un mariage différent avec Olivier. Nous nous sommes donc mariés en petit comité le jeudi à la mairie, puis nous avons organisé une cérémonie laïque avec tous nos proches le week-end.

Mariage à la Mairie- Photos de Pierry Bouche, la Tranche-sur-Mer. Cliquez pour agrandir.

Pour célébrer notre union, nous avions loué, une colonie de vacances au bord de l’Océan. Ainsi, tout le monde pouvait dormir sur place et nous avons fait notre cérémonie sur la plage. Voilà comment s’est déroulé le week-end :

Samedi :

Habillage et maquillage. Ma tenue ne m’a pas coûté très cher et je me suis maquillée et coiffée toute seule.

Photos de Pierry Bouche, la Tranche-sur-Mer. Cliquez pour agrandir.

Nous avons créé notre propre cérémonie sur la plage et c’était un moment très émouvant. Tous les invités étaient de blanc vêtus et ils avaient un chapeau (c’était la consigne). Le maître de cérémonie était un ami.

Fisrt look-Photos de Pierry Bouche, la Tranche-sur-Mer. Cliquez pour agrandir.

 

Photos de Pierry Bouche, la Tranche-sur-Mer. Cliquez pour agrandir.

Pour les repas :

  • Cochon grillé (fait par un prestataire)
  • Salades (fait par la famille)
  • Bière à volonté 😉

Pour la décoration : juste des nappes et des bougies.

Pour les animations de l’après-midi, c’était les invités qui étaient chargés d’organiser les ateliers pour la kermesse, j’ai tout délégué ! J’avais juste loué le jeu du Sumo avec lequel on s’est bien amusés !

Photos de Pierry Bouche, la Tranche-sur-Mer. Cliquez pour agrandir.

Le soir, nous avions fait une playlist et nous avons terminé par la danse de la brioche évidemment !

Photos de Pierry Bouche, la Tranche-sur-Mer. Cliquez pour agrandir.

Le dimanche nous avons déjeuné ensemble, puis rangé, dans la bonne humeur !

Les seuls prestataires que nous avons payés donc étaient :

  • Le traiteur pour le cochon grillé,
  • La location de la tireuse à bière,
  • Le fleuriste pour mon bouquet,
  • Le Sumo,
  • Le gîte
  • Et bien entendu, le photographe ! Vous imaginez bien que je n’ai pas regardé le prix pour cette prestation 😉

Le coût d’un tel mariage est sans doute moins élevé, mais ce n’est pas la motivation principale je pense lorsqu’on décide de se marier ainsi. C’est avant tout une histoire de valeurs, du plaisir de « faire ensemble » et de « faire confiance ». L’implication des invités dans le mariage est aussi différente et je pense qu’ils ont passé un joli moment imparfait 😊

J’ai retrouvé le site qui m’a donné envie d’un mariage participatif : Envie de mai

J’aime les mariages… Et vous ?

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :