Mes photos des festivités de Noël en Vendée (partie 2) ou comment j’ai dansé avec la lumière…

Voici la suite de mon article précédent. Toujours armée de mon zoom Olympus 12-40mm F2.8 monté sur le Panasonic GX8, je suis allée me promener dans les rues des Sables…

Samedi 23 décembre

Le spectacle musical de la compagnie Capharnaüm

Une bonne dose de bonne humeur a envahi les rues piétonnes des Sables grâce à Capharnaüm un ensemble de percussionnistes qui avaient la banane et des costumes magnifiques ! C’était communicatif, ça m’a fait un bien fou !

Je vous disais dans mon article précédent que les photos sont souvent mieux lorsque je suis imprégnée du sujet. J’ai fait cette série « par hasard ». Je n’avais pas décidé de les prendre en photo, mais ils étaient là, alors j’ai profité de l’occasion. J’étais assez contente de mes images, mais Olivier m’a fait la remarque qu’il n’avait pas reconnu mes photos… Apparemment, je n’ai pas photographié comme d’habitude, mes cadrages sont moins francs, plus hésitants… Est-ce le fait que j’étais accompagnée (et donc attendue), est-ce la fait que je n’étais pas dans le sujet ?

Un petit point technique ici : la nuit était en train de tomber et j’ai encore choisi une grande ouverture (2.8) avec des ISO qui sont montés à 2000. Ce n’est pas un moment qui est facile à photographier car les conditions lumineuses changent assez vite.

Cliquez pour agrandir

Spectacle de feu « Flam’s » par la compagnie Kanahi

Encore un joli spectacle offert par Les Sables d’Olonne. La Cie Kanahi nous a émerveillés avec son spectacle de feu à la fois impressionnant et drôle. Il y avait beaucoup de monde et une spectatrice courageuse s’est prêtée au jeu, bravo madame !

Avec ces photos, j’ai pris vraiment conscience que je devais lâcher le mode priorité ouverture (mais à posteriori !). La plupart des images étaient floues et en regardant les vitesses j’ai compris ! La plupart étaient prises à plus de 1/60s ce qui est trop lent pour un sujet qui bouge. J’avais fermé à 3.2, j’aurais sans doute dû ouvrir d’un cran. En revanche, j’étais restée en Iso automatique, ce qui dans ce genre de situation est primordial à mon sens vu que les conditions lumineuses changent très vite à cause des jets de flammes. Je suis passée en effet de 3200 ISO à 200 ISO ! Rien à voir 😉.

23122017-P1250075
Olympus 12-40 mm à 34 mm F 2.8 Iso 2500 1/80s
23122017-P1250243
Olympus 12-40 mm à 32 mm F 3.2 Iso 3200 1/80s

 

Ces deux photos ont été prises dans les mêmes conditions, les personnes étaient au même endroit et la deuxième est floue (mon appareil est monté plus en ISO pour compenser la plus faible ouverture). J’aurais dû mettre une vitesse d’au moins 1/125s.

23122017-P1250224
Olympus 12-40 mm à 22 mm F 3.2 Iso 200 1/250s

 

Pour cette photo, l’appareil a compensé la surexposition en baissant les ISO.

23122017-P1250087
Olympus 12-40 mm à 17 mm F 2.8 Iso 2500 1/60s

 

Bien sûr, j’attendais que les acteurs soient immobiles pour déclencher, mais une vitesse de 1/125s m’aurait assuré le coup plus sûrement…

23122017-P1250163
Olympus 12-40 mm à 21 mm F 3.2 Iso 200 1/160s

 

23122017-P1250256
Olympus 12-40 mm à 17 mm F 3.2 Iso 800 1/60s

C’est en constatant que certaines de mes photos étaient floues et que ne maitrisais pas assez les paramètres pour éviter cela que je me suis dit qu’il fallait vraiment que j’écoute Olivier : il faut que je passe en priorité vitesse dans les conditions de basse lumière !

Je vous recommande encore une fois la lecture d’un article de Laurent Breillat sur la vitesse d’obturation.

Alors, quelle est la vitesse d’obturation minimale pour ne pas avoir une photo floue ? Cela dépend de plusieurs facteurs :

  • La focale utilisée tout d’abord : plus la focale sera longue, plus le risque de flou de bougé (flou provoqué par le mouvement du photographe) est important.
  • Et bien sûr, la vitesse du sujet qui risque de provoquer un flou de mouvement.

Laissons de côté de flou de bougé car plusieurs facteurs entrent en compte en dehors de la longueur focale (par exemple la stabilisation de l’appareil ou de l’objectif). J’ai fait des recherches sur le net pour connaître les vitesses préconisées en fonction des situations et j’ai trouvé cela.

Sujet Vitesse
Sport de jour 1/500 minimum, 1/1000 si possible.
Sport de nuit 1/500 minimum, 1/1000 si possible.
Portrait de jour 1/100 avec un 50 ou un 85mm, 1/200 avec un 135 ou un 200mm
Portait de nuit 1/100 avec un 50 ou un 85mm, 1/200 avec un 135 ou un 200mm
Paysage de jour (sans trépied) 1/50
Paysage de nuit (trépied) 2 à 30 secondes
Enfant en mouvement dans un parc ou un jardin 1/500 minimum. À régler en fonction de l’ensoleillement pour obtenir une ouverture de f/4 ou f/5.6.

Vous trouverez ici, un bon article sur le sujet résumé par ce tableau.

vitesses d'obturation
Copyright de l’image : https://emotions-numeriques.com/2017/10/04/comment-choisir-la-vitesse-dobturation-en-fonction-du-sujet/

 

Mais j’ai demandé à Olivier comment il faisait et il m’a dit qu’il faisait des essais à chaque fois mais que sa base était 1/125s pour une personne qui marche. Vous avouerez que c’est plus simple à retenir… 😉

Le Cavalier de l’Anse Rouge au Haras de la Vendée

Catastrophe, l’esprit de Noël a disparu ! Heureusement de courageux chevaliers partent à sa recherche, aidés de lutins facétieux et d’un bouffon accompagné de drôles d’équipiers farceurs ! Ce spectacle m’a beaucoup plu et j’ai passé un très joli moment. 

Ce fut aussi l’occasion de tester mes nouvelles résolutions : travailler en priorité vitesse. Je me suis donc mis à 1/125s et j’ai fait des essais… Bon, je vous avoue que je ne m’y suis pas collée de suite… J’ai commencé par reprendre mes vieilles habitudes : mode AV, ouverture maximale. 😉

Puis j’ai essayé en mode priorité vitesse à 1/125s. Je suis descendue à 1/100s pour avoir un résultat correct.

Cliquez pour agrandir

La lumière était parfaite lors de ce spectacle et…Je me suis laissée envoûtée. J’étais dans un état de concentration tel que j’arrivais peu à peu à deviner les changements de direction des projecteurs, je parvenais à anticiper chaque rayon ce qui me conférait un avantage extraordinaire pour faire mes images. J’étais en harmonie avec la lumière. Je ne me préoccupais plus de rien consciemment, j’étais en mode automatique… Je dansais avec la lumière. Elle était pour moi comme une musique dont j’ai reconnu le rythme. Je conçois que cela puisse paraître étrange. J’ai hésité à vous le raconter car c’est difficilement explicable, cela parait « paranormal ». Mais je ne crois pas… Je connais un photographe de concert Rod Maurice, qui a beaucoup de succès. Je le connaissais avant son ascension. C’est même lui qui m’a aidée à concevoir mon premier site internet en le codant en HTML (et oui, c’était en 2005). C’était un illuminé. Il l’est toujours. Déjà je trouvais que ses photos de l’époque avaient quelque chose. Aujourd’hui il est reconnu dans le milieu des concerts et travaille avec les plus grands comme M. Je ne vous raconte pas cela pour me faire mousser. Ce n’est pas un ami, juste une connaissance de plusieurs années. Je l’ai revu récemment par hasard au Helfest. Le personnage m’amuse et il me fait penser à mon fils sur de nombreux points. Je suis en admiration devant sa détermination et sa force de caractère. Alors pourquoi je vous parle de Rod ? Parce que c’est un passionné. Il fait des photos extraordinaires car il aime la musique, il la sent, elle vibre en lui. Après ce spectacle, j’ai pensé à Rod et je me suis dit que c’était cela le « secret ». Alors, je ne pense pas avoir fait d’aussi belles photos que Rod, je n’ai pas cette prétention. Mais j’ai compris que le sujet devait nous faire entrer dans une sorte de « trans ». Ici, mon sujet n’était pas le spectacle, non. Mon sujet c’était la lumière qui m’a accordée sa première danse…

J’ai vraiment hésité à partager ce sentiment avec vous car j’ai peur que vous ne me preniez pour une illuminée ou pire une prétentieuse… J’a donc fait lire ce passage à Valérie et Olivier, deux personnes très proches (et photographes eux-mêmes). Ils ont compris mon propos, mais peut-être est-ce parce qu’ils arrivent à lire entre les lignes de mon discours… Cependant, j’ai décidé de vous faire confiance et de vous livrer une partie de mon intimité photographique puisque cela est ma « ligne éditoriale » depuis le début. A vous de voir ce que vous en ferez, cela ne m’appartient plus…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

5 commentaires sur “Mes photos des festivités de Noël en Vendée (partie 2) ou comment j’ai dansé avec la lumière…

Ajouter un commentaire

  1. Moi j’appelle cela une grande concertation qui permet d’être plus intuitive, de saisir autrement ce qui se passe et de photographier en étant très « à l’écoute » si je puis dire de ce qui se passe. 🙂 Nan, je t’ai pas trouvée illuminée!

    Aimé par 1 personne

    1. Ouf, merci Cécile, cela fait trois! Et puis ton vote compte double puisque nous ne nous connaissons pas en vrai! Merci pour ce gentil commentaire et ce moment de poésie dont tu as le secret :).

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :