#CRD115 – Au quart de seconde (à vitesse lente)

On aborde avec ce défi la notion de pose lente qui sera reprise au défi 47.

Voilà une notion qui me semblait vraiment difficile avant que je ne reprenne la photo. J’adorais les clichés pris en pose longue et je pensais que c’était vraiment hors de ma portée matériellement et techniquement. Et ben non ! C’est en fait assez facile quand on a compris le fonctionnement et tous les appareils avec un mode priorité vitesse peuvent le faire. Je vous explique ?

  • Mettez-vous en mode priorité vitesse (« S » pour speed ou « TV » pour time value) et choisissez une vitesse assez lente : commencer par ¼ de seconde (sur mon Panasonic, cela correspond au chiffre « 4 »). Vous devrez bien entendu ajuster cette vitesse en fonction des conditions lumineuses, de la vitesse et de la distance à votre sujet (plus il est près, plus il paraît rapide), ainsi que de l’effet recherché. Attention, à des vitesses lentes, il sera nécessaire d’être bien stable car le flou de bougé est presque inévitable si on n’a pas un appui (à moins d’être un moine Shaolin !)
  • Choisir la valeur d’ISO la plus faible possible (100 ou 200 ISO) en allant dans le menu de l’appareil (il y a souvent un bouton de raccourci sur les boitiers). Il ne faut pas oublier de faire cela ! Au début, j’oubliais souvent et du coup je n’avais pas l’effet désiré.
  • Déclenchez ! Déclenchez ! Déclenchez ! Et oui, cette pratique photographique nécessite de nombreux essais afin de trouver la bonne vitesse. N’ayez pas peur de faire des essais et de modifier votre vitesse. Et ajustez si vous changez de place car un réglage à un endroit peut ne plus être bon à un autre.

Et oui, c’est aussi simple que cela… Enfin pas tout à fait… Lire la suite « #CRD115 – Au quart de seconde (à vitesse lente) »

CRD98 – A grande ouverture

 

Titre CRD98 : A grande ouverture
Numéro de séance 4/52
Manuel de référence 52 défis créatifs pour le photographe, collection Eyrolles, Anne-Laure Jacquart
Domaine travaillé Flou-Netteté-Instant décisif
Objectifs pédagogiques Général : Connaître l’influence de l’ouverture sur le rendu de l’image.

Particulier : savoir utiliser les grandes ouvertures pour obtenir une faible profondeur de champs et ainsi un flou volontaire.

Tache de l’élève Trouver un sujet qui se prête à cet exercice.

Faire la mise au point sur le sujet et choisir ce qui sera net et ce qui devra être flou (en arrière du sujet, mais aussi en avant !).

Veiller à placer le sujet sur un point fort en songeant à son intention photographique.

Difficultés attendues Trouver un sujet et bien l’identifier. Ici, c’est d’autant plus important que seule une partie de l’image sera nette.

Faire la netteté sur le sujet et veiller à ne pas bouger car en faible profondeur de champ il est important d’être précis vu que la « tranche » de netteté est faible.

Ne pas trop charger sa photo, quoiqu’ici, la faible profondeur de champ peut permettre de « gommer » un environnement « fouillis ».

Veiller au macro-positionnement pour ne pas avoir de masse visuelle en arrière-plan.

 

Critères de réussites Le sujet est net et le reste est flou.
Prolongement possible Photographier à faible ouverture.

Mon travail :

J’ai fait mes deux premières photos avec mon zoom qui a une ouverture maximale de 2.8, ce qui est déjà bien. Lire la suite « CRD98 – A grande ouverture »

Explique-moi comment tu fais : l’effet High key

J’ai eu des questions sur mes photos « sur fond blanc » et je me suis dit qu’un petit article pourrait intéresser quelques-uns d’entre vous.

Le « truc » principal est évidemment d’avoir un fond clair et uni à la prise de vue (ici le ciel sans nuage d’une journée pas trop ensoleillée, mais plus il fait beau, mieux c’est !).

Pour les sujets qui bougent, je ne surexpose pas à la prise de vue, mais pour la macro, oui.

Je ne monte pas au-dessus de 400 ISO, quitte à avoir une photo un peu sombre comme vous pouvez le constater sur la photo « brute ». J’évite ainsi le grain qui a tendance à être accentué avec mon post-traitement assez « violent ». Lire la suite « Explique-moi comment tu fais : l’effet High key »

Je suis sablaise.

20052017-P1120500

Encore une semaine tristoune pour moi. Je ne savais pas bien ce qui n’allait pas… Mais en fait je suis loin de chez moi et cela faisait longtemps que je n’étais pas venue me ressourcer dans ma maison au bord de l’Océan. J’aime ma maison, j’aime ma ville. J’ai besoin d’elles. Elles sont le point d’ancrage que je n’ai jamais eu. Comme je le dis souvent quand on me demande d’où je viens, je ne suis de nulle part… Lire la suite « Je suis sablaise. »

Photographier avec une contrainte-1- 60 mm macro

17052017-P1120337.jpg
Panasonic GX8 + 60 mm macro Olympus

J’entame avec cet article une série qui traitera de la contrainte photographique.

Je voudrais tout d’abord définir la notion de contrainte telle que je l’interprète.

Une contrainte est quelque chose que l’on s’impose ou qu’on nous impose.

Elle est de différentes natures.

Tout d’abord, nous avons les contraintes à la prise de vue.

  • La contrainte matérielle :
    • n’utiliser qu’une focale (ou bien bloquer son zoom à une focale)
    • faire ses photos avec un appareil jetable
    • visser un filtrer sur son objectif et ne pas l’enlever (polarisant, ND…)
    • Partir avec une carte mémoire de 1GO
  • La contrainte technique
    • Garder toujours la même ouverture
    • Photographier avec la même vitesse
    • Photographier sans écran LCD
    • Photographier avec l’écran en noir et blanc
  • La contrainte créative
    • Ne photographier que ce qui est rouge, bleu, jaune….
    • Photographier au ras des pâquerettes
    • Ne faire que des portraits
    • Ne faire que des portraits de personnes âgées
    • Photographier les matières
    • Photographier les lignes, les formes
    • Photographier à partir d’une liste de mots
    • Choisir un objet et faire 10 photos différentes

Lire la suite « Photographier avec une contrainte-1- 60 mm macro »

Mon chemin photographique suite : Workshop portrait avec Sébastien Roignant

18077359_10212696099381198_4848016749733699770_o
Crédits photo: Sébastien Roignant

 

Vous pouvez retrouver la première partie de mon article ici.

Comme je vous le disais, j’étais en pleine recherche de mon « pourquoi » photographique. C’est curieux comme question me direz-vous…

Pourquoi fait-on de la photo ? Comme me disait une amie récemment, on fait de la photo pour se souvenir et partager. C’est pas faux… Je fais ça, oui, c’est vrai. Mais je ne parle pas de ces photos-là, je parle des photos que l’on fait pour soi, celles qui n’ont pas destination à faire plaisir aux autres justement, celles qui me permettent de m’exprimer.

Après avoir réfléchi toute seule (ou presque, puisque Thomas Hammoudi m’y a aidé), je me suis donc dit qu’une confrontation avec mes paires serait très probablement un véritable coup de pouce. Je me suis donc inscrite à une formation sur « Le portrait naturel » avec Sébastien  Roignant. Lire la suite « Mon chemin photographique suite : Workshop portrait avec Sébastien Roignant »

Survivre

Cliquez sur les images pour les agrandir

Lumix GX7+Panasonic 20mm f1/7

J’ai toujours été fascinée par la façon dont certains êtres vivants s’accrochent à la vie malgré des conditions extrêmes. Prenez le Manchot Empereur par exemple. Il supporte des températures allant jusqu’à -60°C avec des vents de 200 km/h. Il « se baigne » dans des eaux à -1,8°C ! Il parcourt jusqu’à 120 km pour se reproduire et la femelle part deux mois à la pêche pendant que le mâle couve l’œuf qu’il ne faut absolument pas faire tomber ! Quand j’ai vu ce reportage, j’ai été émerveillée par tant de détermination… et ce n’est qu’en exemple parmi d’autres car dans les profondeurs abyssales, on trouve des êtres microscopiques dont les exploits ne sont pas moins impressionnants… Lire la suite « Survivre »

C’est quoi ton matos?

11032017-P1100656
Mon petit appareil que j’ai toujours dans mon sac à main car « Le meilleur appareil photo c’est celui qu’on a toujours sur soi »- Je n’ai pas trouvé  le nom de l’auteur, mais j’adore cette citation!

« C’est quoi ton matos ? »

C’est souvent la première question qu’on me pose quand je dis que j’aime la photo. J’ai donc décidé que ce sera le sujet de mon premier article, comme ça c’est fait et on n’y reviendra plus 😉.

On pense que pour faire de bonnes photos il faut du bon matériel. Je suis d’accord.

Mais ce n’est pas parce qu’on a du bon matériel qu’on fait de bonnes photos. Lire la suite « C’est quoi ton matos? »

WordPress.com.

Retour en haut ↑